Simulation

Règles de procédure
Le PEQ cherche à reproduire le plus fidèlement possible le fonctionnement de l'Assemblée nationale du Québec. À tour de rôle durant la simulation, chacun des caucus occupe le rôle du gouvernement et celui de l’opposition officielle. Ainsi, chaque participant peut vivre l’expérience des deux côtés de la chambre.

Journalisme
Le journalisme est parfois appelé « quatrième pouvoir » pour le rôle de transparence qu’il joue au sein d’une démocratie. Dans le cadre du PEQ, les journalistes questionnent les députés et ministres, vulgarisent les projets de loi, écrivent des éditoriaux ou des chroniques, bref, ils alimentent les débats en chambre. Les journaux sont dirigés par deux rédacteurs en chef et un responsable web qui sont désignés par le responsable des communications.
 
Cérémonies protocolaires
La première étape que vivront les participants est celle de leur assermentation à titre de député du Parlement étudiant du Québec. Lors de la cérémonie d’assermentation à l’intérieur du salon rouge, les participants sont invités à tour de rôle à prêter serment, le tout sous l’égide du Lieutenant-gouverneur. En plus, le chef du premier caucus à former le gouvernement annonce officiellement les membres de son cabinet ministériel.

Les participants retournent au salon lors de l’assermentation de l’autre groupe parlementaire à mi-chemin pendant la simulation et à la toute fin, lors de la cérémonie de clôture.

Menu législatif et préparatifs
Bien que la simulation se tienne du 2 au 6 janvier de chaque année, la préparation de celle-ci nécessite plusieurs mois. Chacun des groupes parlementaires doit élaborer trois projets de loi, un projet de livre, ainsi qu'un budget. La préparation du menu législatif se fait tout au long de l'automne précédant la simulation, et ce, à l'intérieur des caucus. Les membres de chaque groupe gardent secret le contenu de leurs projets de loi jusqu'à leur remise officielle, quelques semaines avant la tenue de la simulation.

Comme c’est le cas à la véritable Assemblée nationale, chaque projet de loi est critiqué par un critique officiel, vis-à-vis du ministre dans l’opposition officielle. Après l’adoption du principe du projet de loi, une commission parlementaire est créée pour améliorer et débattre du projet de loi. Le projet de loi est ensuite soumis au vote des parlementaires étudiants.

En plus des projets de loi, les participants ont l’occasion de s’exprimer lors de la présentation du budget, des déclarations ministérielles, de la période de questions, du discours du premier ministre, des motions sans préavis.